Fête Renaissance à Joinville


Aller au contenu

Menu principal:


Le retour en France / I see France again

Une page d'Histoire History

Je revois la France, 12 ans après

I see France again, 12 years later

1549 Je triomphe des Anglais : Haddington et d'autres places fortes écossaises sont libérées par les Franco-Ecossais.

1550 En avril la paix revient avec le traité de Boulogne. Je peux ainsi envisager de me rendre en France pour visiter ma famille.

Mais ce même mois meurt mon père Claude de Lorraine.
Mon frère François devient duc de Guise.

Effigie mortuaire de Claude de Lorraine (Auditoire de Joinville)

La Chambre funèbre (Auditoire de Joinville)

En septembre je confie le gouvernement de l'Ecosse à Henri Clentin, l'ambassadeur français.

Je débarque à Dieppe où m'accueillent mes frères : François de Guise et Charles.

Je retrouve ma fille après deux ans de séparation. Je suis "accompagnée d'un grand nombre de noblesse écossaise" .
58 dignitaires (sans compter leur famille ni leur domesticité) , dont mes 4 demi-frères, 45 seigneurs, 3 évêques, et 6 clercs.
Parmi eux
:


Alexander Gordon, frère du comte de Huntly, évêque de Caithness de 1544 à 1548 puis archevêque de Glasgow 1550–1551, mon loyal allié ( 1575).

Andrew
Durie, évêque de Galloway et abbé de Melrose († 1558).

George Gordon, 4ème Earl of
Huntly (1514-1562). Commandant de l'armée écossaise, il est vaincu par les Anglais à Haddon Rig (1542). Il devient membre du Conseil de Régence dirigé par Arran, puis succède à Beaton comme Chancelier. Il est capturé par les Anglais à la bataille de Pinkie, puis s'échappe.

Gilbert Kennedy 3ème Earl of
Cassilis (1515-1558). Ancien partisan des Anglais devenu protestant, il devient Trésorier d'Ecosse en 1554. Il participe à la bataille de Pinkie Cleugh contre les Anglais (1547). Son ancêtre Hugh Kennedy d'Ardstinchar avait fait partie de l'armée écossaise qui avait combattu avec Jeanne d'Arc au siège d'Orléans.

James 4ème Lord Fleming, Earl of
Wigtown (1538-1558). Grand Chambellan. En 1548, il accompagne Marie Stuart en France. En 1558 comme Cassilis, il est l'un des huit commissaires à son mariage, et comme lui meurt aussitôt, sans doute empoisonné.


John Gordon, 11ème Earl of
Sutherland (v. 1526-1567).

William Keith, 4ème Earl Marischal (Comte maréchal d'Ecosse) titre devenu héréditaire en 1324.William participe lui aussi à la bataille de Pinkie. ( † 1581).


Alexander
Home, 5ème Lord Home (ou Hume). Capturé par les Anglais peu avant la bataille de Pinkie. Libéré, il organise la reconquête de Hume Castle que sa mère a été contrainte de leur céder († 1575). Il soutient ensuite la Réforme protestante.

Robert
Maxwell, 6ème Lord Maxwell († vers 1553).




Je rencontre le roi Henri II à Rouen lors de son Entrée solennelle en cette cité.

Henri II

"La Reine douairière d'Ecosse, fille unique de haut et puissant Prince. Monseigneur le Duc de Guise naguères défunt, désirant saluer le roi et voir sa. très chère et bien aimée fille seule héritière du Royaume d'Ecosse affidée à. Monseigneur le Dauphin de France, et Monseigneur le duc de Longueville son fils. qu'elle n'avait de longtemps vu, passant la mer, avec bonne et forte escorte de. navires et galères de France, vint en icelle ville de Rouen, le jeudi 25 d'icelui mois. et an [25 Septembre 1550], faire son entrée, ou icelle Dame fut honorablement. et. en grande magnificence reçue de tous les états de la ville de Rouen, car tel. était. le bon plaisir du Roi [...]

Le samedi 27 le Roi et la Reine accompagnés des Princes et Princesses de son
. sang [et] des seigneurs et dames de sa cour, [...] arriva au prieuré de Bonne. Nouvelle, aux faubourgs qui sont outre le pont de Rouen. Auquel lieu, icelle. Reine. douairière d'Ecosse, accompagnée de plusieurs princes et grands. seigneurs d'Ecosse, alla pour faire la révérence au Roi et à la Reine, qui d'une. bénignité non moindre que d'allégresse la reçurent".

"Déduction du somptueux ordre..." Jean Le Prest, Rouen, 1551.


Un héraut récite :

"Voilà Dondy [Dundee], Edimpton [Haddington],
Portugray [Broughty Craig],
Tout le pays où avait osé mordre
Sur l'Ecossais la nation Anglaise,
Est recouvré par la force Française
Après avoir enduré maint travaux,
Sire, voyez cette Ysle des chevaux [Inchkeith].
Voyez aussi le fort château de Fargues [Fast].
O combien d'assauts, escarmouches et charges,
On y a vu, sans voir le Français las [fatigué] !
Voilà aussi le fort [qui est) près de Dongas [Dunglas],
Et plus deçà, où est assis ce bourg,
Est le château conquis de Rossebbourg [Roxburg]".


Ci-contre : "bannières de taffetas blanc de forme quarrée, En laquelle était par bonne perspective, géographiquement portrait en sa dimension, le paysage des environs de Boulogne", région que les Anglais occupaient.






Ci-contre : "Sur demies-piques, les forts réduits au petit pied [en maquettes] , que le roi avait pris au pays de Boulonnois"


Il s'agit bien de forteresses reprises par les Français aux Anglais dans la région de Boulogne et non de "paysages des Lowlands, forteresses écossaises récemment reprises par les Français" (Elizabeth BONNER The Politique of Henri II…1999),
"des places défendues ou prises par les Français en Ecosse" (Marcus
MERRIMAN, The Rough Wooings… 2000),
"des bannières représentant les forts d'Haddington…" (Jane E. A. DAWSON Scotland Re-formed…2007)


Du Bellay déclame devant le roi :

"Je vois tomber sous les flèches Françaises
Le léopard
[anglais], ton antiq' ennemi,
Qui souloit
[avait l'habitude de] bruire aux forêts écossaises.
Le feu vengeur déjà vole parmi
La nef captive ; au sang anglais encore
L'azur marin de pourpre se colore.

Je vois déjà la colonne élevée
De ta victoire : et ta gloire qui luit
Est si avant dans les cieux engravée,
Qu'on la peut lire en l'obscur de la nuit".

Du Bellay Prosphonématique au Roy Treschrestien Henry II (Œuvres Poétiques).




Retourner au contenu | Retourner au menu