Fête Renaissance à Joinville


Aller au contenu

Menu principal:


Les culottes / Trews

Costumes d'Ecosse Scottish costumes

"Jambes rouges"

Redshanks

"Du milieu de la cuisse jusqu'au pied, ils n'avaient rien pour se couvrir les jambes".
(John Mayor, Histoire de Grande Bretagne, 1521)

La plupart des Higlanders "étant dehors. aussi bien, en été qu'en hiver, vont. toujours jambes et pieds nus"
(Lettre de John Elder au roi Henri VIII d'Angleterre, 1542)

Gravure de 1631

Les "Ecossais sauvages habitant les Highlands sont appelés Redshanks, (jambes rouges) ou rough footed Scots (Ecossais aux pieds calleux), parce qu'ils vont nus pieds" (Holinshed's Chronicle, 1577) "Redshanks" devint le surnom des mercenaires écossais qui combattaient en Irlande au XVIe s.

Bottes (Gravure du Recueil de la diversité des habits, 1562)




"lls vont tête nue, et laissent croître
. leurs cheveux fort longs et ne portent chausses ni souliers, sinon quelques. uns qui ont des bottines faites à l'antique, qui leur montent jusques aux genoux" (Nicolas d'Arfeville, 1547).






Les culottes


trews venant du gaélique : triubhas (prononcer : trouvach)

La première mention est de 1538 : celles du roi Jacques V, mais on ignore leur aspect. (Lord High Treasurer's Accounts, 1538).



Les culottes flottantes


Ci-contre, sur la gravure de 1562 (François Deserps,
Recueil de la diversité des habits) l'"Escossois" porte des culottes flottantes, sortes de très larges pantalons, s'arrêtant environ 15 cm au dessus du sol.

Ils sont décorés de lignes ondulantes, par séries de trois. Mais le document est-il crédible ?

Gravure de 1562 (Recueil de la diversité des habits)

Trews courts de l'Escossois sauvage (Lucas de Heere, vers 1577)



Les culottes courtes (années 1560-70)
(anglais "knee breeches").


Ci-contre les culottes courtes de l'"Escossois sauvage" (1562) sont moulantes.


Les Highlanders avaient "les jambes nues jusqu'au genou"

(Lindsay de Pitscottie Chroniques d'Ecosse, vers 1573).

Les culottes étaient "une très simple couverture des cuisses, davantage pour la décence que pour la parade ou la défense contre le froid"
(Lesley De origine, moribus et rebus gesti Scotorum, 1578).


Des corps ont été trouvés dans des tourbières en Caithness, Lewis et dans les Shetlands datant de la fin du XVIe - début du XVIIe s., deux hommes portaient encore des culottes courtes.




Les trews "classiques" à partir du XVIIe s.

Des trews à carreaux, détail de la carte 'Scotia Antiqua' de Willem Blaeu, 1653




Par souci de confort, ces culottes s'allongèrent, comportant ou non des pieds.

Elles étaient coupées en biais et portaient des motifs à carreaux.

Ces culottes semblent avoir été portées en général par des hommes assez riches pour monter à cheval. En Irlande ce sont "les Gentlemen qui portent des trews" (
Fynes Moryson, 1598).

Autres trews à carreaux, détail de la carte 'Scotia Antiqua'

En Irlande trois tourbières ont livré des trews :

Comme en Ecosse ils sont coupés en biais et portent des motifs à carreaux.

Les trews de Killery sont datés de la fin du XVIe s. Ils sont en laine, à carreaux sur les jambes, et unis au-dessus. Ils descendent jusqu'au dessus du talon et du cou-de-pied, avec une lanière de maintien sous le pied. Il est difficile de préciser leur couleur d'origine : l'avis à l'époque était que les trews avaient été safran-orange et noir.

Trews trouvés à Killery (Irlande)



Ci-dessous,
les trews de Kilcommon (fin XVIe-début XVIIe s.) sont également décorés de carreaux.

Trews mis au jour à Kimcommon (Irlande)

Restitution (Reconstructing History)

Ci-dessous, les trews de Dungiven qui portent des carreaux rouges et bleus. Ils ont été datés des environs de 1600.

Reconstitution des trews de Dungiven (Ulster Museum, Belfast)

Autre reconstitution





Les seules images de trews en Irlande sont sur les gravures de John Derricke, mais on ne les voit vraiment que lorsque leurs possesseurs veulent accomplir un besoin naturel, ils baissent alors leurs culottes...

Gravure de Derricke, Image of Irelande, 1581

Mercenaire écossais, par Hieronymus Tielsch, Travel Album, 1603



Les bas traditionnels


diced

Décidément les Highlanders ne voulaient plus aller jambes nues : pour ceux qui n'avaient pas adopté le confort des "trews", restait à adopter des bas ou des houseaux.

La première représentation est de 1603, avec motif de tartan (ci-contre).



Les houseaux

hoses

Ce sont des jambières, ou guêtres de toile ou de cuir, protégeant la jambe. La première représentation est de 1631 (ci-contre). Ces jambières pouvaient être assez lâches (comme sur la gravure ci-dessus) : "Avoir la conscience plus large que les houseaux d'un Ecossais", signalait l'avarice d'un individu !

Gravure de 1631


Retourner au contenu | Retourner au menu